Le devenir des églises

Trois églises en cours de restauration

Depuis plusieurs années la SPPEF et l’Observatoire du Patrimoine Religieux agissent ensemble pour sauvegarder des églises promises à la démolition par leurs propriétaires. Dans le cas présent, il ne s’agit pas d’églises à l’abandon, mais d’édifices dont la démolition volontaire a été décidée… Des campagnes de presse, des actions dynamiques auprès des élus avec l’aide des habitants ont permis de sauver ces églises et leur restauration en cours démontre que l’intelligence et la volonté peuvent triompher de l’incompétence et de la médiocrité.

Pose du clocher de l’église de Dreuil-Hamel

A Dreuil-Hamel, dans la Somme, l’église du XVèmesiècle a été cédée  à la courageuse association de défense pour un euro symbolique, après 10 années de tractations tendues.

C’est ainsi qu’en 2 ans et 64 week-end de travail, les habitants ont réussi ce que leurs élus n’avaient pas fait en 10 ans : restauration des maçonneries, réfection des charpentes et des couvertures, restauration du clocher.

 

La nef en travaux

En voyant les paroissiens manier chaux et moellons, on peut s’imaginer être revenu à un Moyen-Age idéal…. « Faites leur construire une tour…dit le Livre »

A Dargoire (Loire), c’est la commune qui s’est laissée persuader par le Préfet et une vigoureuse campagne de presse, de restaurer l’église paroissiale, plutôt que la démolir.

 

Vue générale du chantier

Il s’agissait d’un chantier difficile car les fondations ont dû être consolidées. Les travaux sont remarquablement dirigés par les architectes Gagnal et Goulois.

Actuellement, les travaux les plus délicats de reprise en sous œuvre sont réalisés et il reste à exécuter la stabilisation des murs porteurs.

Un chantier modèle sur le plan technique et qui a bénéficié de la bonne volonté de tous les partenaires financiers : Commune, Agglomération de Saint Etienne Métropole, Fondation du Patrimoine, Département de la Loire et Evêché de Saint Etienne.

Stabilisation des murs porteurs

Le projet a été lancé par le Préfet de la Loire, dont il convient de souligner l’efficacité.

A Lumbres (Pas de Calais), l’église appartient à l’évêché d’Arras qui avait pris la décision de la détruire. L’association de sauvegarde, présidée par Monsieur Françis Dellerie, a su persuader le propriétaire de lui confier sa restauration. Il s’agit d’un contrat léonin dans lequel le propriétaire s’est réservé tous les droits, alors que tous les travaux sont à la charge de l’association !

Le sort du beau presbytère néo-gothique n’est même pas encore réglé alors que le bâtiment est vide et serait utile comme habitation. Les responsables de l’évêché d’Arras apparaissent plus ignorants de l’intérêt général que les laïcs !

Ces trois chantiers en cours démontrent la réussite de nos efforts. Ce qui manque le plus pour la conservation de nos églises, c’est souvent la bonne volonté et la compétence.  J-L.H.

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Le devenir des églises, Nos combats and taguée , , . Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.