Un important vestige des Tuileries à l’abandon

Combien de temps encore, laissera-t-on le château de la Punta dans cet état désolant ?

Dominant à 600 mètres d’altitude le golfe d’Ajaccio, sur la commune d’Alata, il s’agit de l’un des pavillons Renaissance des Tuileries incendiées sous la Commune de Paris lors de la  » semaine sanglante  » à la fin du mois de mai 1871, et reconstruit par Jérôme Pozzo di Borgo (1832-1910 ) et son fils, avec ses pierres d’origine.

L’édifice dont les travaux sont achevés en 1891 est classé Monument historique en 1977. Hélas, un an plus tard, il est de nouveau la proie des flammes. Vendu en 1992 au département de la Corse du Sud, ce dernier, avec le concours de l’Etat et de la Collectivité Territoriale Corse reconstitue la toiture en 1996, mettant le château hors d’eau. Mais de sérieux désordres architecturaux dûs au procédé de reconstruction mis en oeuvre à ce moment là par l’A.C.M.H. se révèlent au niveau des façades et, malheureusement, ces effets dévastateurs n’ont cessé d’empirer. Faute de travaux urgents dont le programme et le montant (355 551 euros ) avaient pourtant été approuvés par le Conseil général du département en 2002, on risque maintenant d’atteindre le point de non-retrour.

Un collectif pour la sauvegarde du château de la Punta a été créée, au sein duquel œuvrent plusieurs personnalités de la région, dans l’espoir de revoir un jour, de nouveau debout et dans toute sa beauté, ce vestige du palais des Tuileries qui mérite – amplement – d’être sauvé. Robert Werner.

Cette entrée a été publiée dans Actualités and taguée , , . Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.