L'esthétique de Paris

La Samaritaine : du discours à la réalité

La SPPEF n’est pas hostile, comme elle l’a démontré (voir ici  et ici), à l’architecture moderne et contemporaine. Tout est cependant question de mesure. Détruire tant de façades anciennes en plein cœur de Paris, dans une rue homogène par le gabarit de ses immeubles et les matériaux mis en œuvre, est exorbitant.

Ill. 2. La rue de Rivoli après réalisation du projet (on note la covisibilité du bâtiment avec le Louvre). Infographie : agence Sanaa
Ill. 1. La rue de Rivoli avant le projet.

Les motivations et les justifications de ce projet sont d’ailleurs révélatrices (voir la vidéo présentant l’opération). Le président directeur général de la Samaritaine – que sa sincérité honore – explique en effet avoir voulu un « geste architectural extrêmement fort […], sorte de repère dans la rue de Rivoli pour les clients futurs ». Il s’agit ainsi, en réalité, d’édifier un gigantesque objet publicitaire : un bloc monochrome de verre sérigraphié (Illustrations 2 et 3) remplacera les quatre élégantes façades du Paris pré-haussmannien (Illustration 1, 5 et 6), qu’il surplombe de 7 mètres (Illustration 3). Or, la ville est un bien commun et l’intégration des nouveaux bâtiments aux anciens fondamentale. C’est précisément ce qu’énonce le plan local d’urbanisme de Paris dans son article UG. 11. 1. 3. S’opposant à la fois aux « pastiches » et aux bâtiments en rupture, ses dispositions sont sages, mais ici bien malmenées.

La logique architecturale de la rupture, qu’illustre le projet de nouvelle Samaritaine, conduit à une escalade sans fin : c’est à qui tranchera le plus sur l’unité parisienne. Elle promet une ville à l’urbanisme égoïste et chaotique. Perdant son harmonie unique – sa spécificité parmi les capitales mondiales – Paris ne rivalisera pourtant jamais avec les villes appartenant à d’autres traditions. Le projet de la Samaritaine s’inscrit ainsi malheureusement dans la politique urbaine « festive » et « dérégulée » de la municipalité parisienne (voir ici) – celle des tours et des objets extraordinaires – qui travestit bien souvent la satisfaction d’intérêts économiques puissants. On ne peut que s’étonner, à ce propos, de l’appartenance de l’un des personnages clés de la municipalité parisienne au groupe LVMH, propriétaire de la Samaritaine.

Ill. 3. Écrasante façade constituée d’une « double peau de verre sérigraphié » et covisibilité avec l’hôtel de ville. Infographie : agence Sanaa
Ill. 4. Ondulation du mur rideau (à gauche) censée reproduire le rythme des façades parisiennes (à droite).
Infographie : agence Sanaa

Ne craignant pas de se contredire, les propriétaires de la Samaritaine précisent que « la mairie de Paris préfère ce projet qui s’intègre le mieux au site ». Ainsi, l’ondulation du mur rideau « réinterprète[rait] avec son mouvement ondulatoire le rythme vertical des façades parisiennes » (voir ici), ce que peinent à démontrer les dessins de l’agence Sanaa (Illustration 4). Autre argument, « la façade est nouvelle mais, en même temps, elle reflète la rue tout autour. Grâce à cela, les gens peuvent ressentir cette fusion entre la modernité et les façades parisiennes existantes » (agence Sanaa). Il s’agirait ainsi de « réfléchir allégoriquement la pierre haussmannienne des immeubles alentour » (voir ici). Inutile d’insister sur l’inanité de tels arguments, à moins de se payer de mots. La créativité du cabinet d’architecture japonais (lauréat du Pritzker prize) pouvait pourtant, sans inconvénient, s’exprimer en façade basse des bâtiments (détruite de longue date : Illustration 5) et derrière leurs murs.

Ill. 6. Façades de la rue de Rivoli datant de 1852 promises à la démolition (vues depuis l’Ouest, avant bâchage). Photos : Google Streets – La Tribune de l’Art
Ill. 5. Trois des quatre élégantes façades de la rue de Rivoli datant de 1852 promises à la démolition (vues depuis l’Est). Photos : Le Parisien

Le groupe LVMH a également convoqué deux historiens au soutien de son projet. Le premier tente de démontrer que l’unité parisienne n’existe pas : « le matériau unitaire de la ville de Paris qu’est la pierre de taille fait que pendant des siècles on a construit avec quelque chose qui fait que tous les édifices du passé semblent homogènes. Mais je vous assure que quant on a construit la cathédrale de Paris, c’était quelque chose de tout à fait monstrueux » (voir ici). Le second souhaite nous rassurer concernant la destruction des façades de la rue de Rivoli (Illustrations 1, 5 et 6) : « En tant qu’historien, c’est de l’architecture ordinaire de la fin du règne de Louis-Philippe […], des immeubles de qualité mais qui n’ont rien d’exceptionnel » (voir ici). Et si c’était justement cela, Paris !

Julien Lacaze, vice-président de la SPPEF

Ill. 7. Le plus beau des quatre immeubles à démolir (cf. Ill. 6) entièrement bâché.
L’oubli, facilitateur de destruction ? Photo : Le Parisien / Eric Le Mitouard

Paris, le 21 septembre 2013

Cette entrée a été publiée dans Important, L'esthétique de Paris, Nos combats and taguée . Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.