La protection des domaines nationaux

Menaces sur le domaine national de Versailles

Le domaine national de Versailles, ancien Petit Parc du château de Versailles, constitué entre 1662 et 1689 par Louis XIV autour de son Grand Canal et clos de murs, est aujourd’hui menacé dans sa partie méridionale et septentrionale (Illustration 1), souvent en dépit d’une protection au titre des monuments historiques et des sites (Illustration 2).

2 - Vue aérienne des zones à urbaniser du domaine national de Versailles (Cliquer sur l’image pour agrandir)
Illustration 1 – Vue aérienne des zones à urbaniser du domaine national de Versailles
En noir : limite de l’ancien Petit Parc de 1689, toujours propriété de l’Etat.
En bleu : terrains affectés ou devant être affectés à terme à l’Etablissement public de Versailles (EPV).
En rouge : périmètre de la révision du Plan local d’urbanisme (PLU) de Versailles (terrains à urbaniser ou accueillant des infrastructures de transport nouvelles).
Pastilles blanches : projets de nouvelles gares.
3 - Vue aérienne des protections du domaine national de Versailles (Cliquer sur l’image pour agrandir)
Illustration 2 – Vue aérienne des protections du domaine national de Versailles
En vert : terrains classés au titre des sites.
En jaune : terrains classés au titre des monuments historiques.
En bleu : forêt domaniale.

La détermination de l’Etat à rentabiliser ses anciennes emprises militaires, rejoint en effet la volonté de développement de la municipalité versaillaise qui souhaite faire baisser la part de la fiscalité locale mise à la charge des ménages.

Dans ce but, le plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de Versailles prévoit de substituer à l’occupation militaire – qui devait pourtant être temporaire et réversible – des constructions définitives à usage d’habitation (logements sociaux notamment) et d’activités. Cette urbanisation nouvelle serait sans commune mesure avec les hangars et préfabriqués militaires aujourd’hui présents sur le site (Illustration 3).

6 - Vue du terrain classé au titre des monuments historiques des Matelots (Cliquer sur l’image pour agrandir)
Illustration 3 – Vue du terrain classé au titre des monuments historiques des Matelots
On constate la proximité du Grand Canal (à gauche) et la replantation de l’allée des Mortemets (au centre) et des Matelots (à droite).
Le PLU réserve la zone encadrée en bleu à l’armée malgré la dissolution du 5° RG et viole en cela le décret constitutif de l’EPV. Ces bâtiments bas, édifiés en vertu d’une tolérance spéciale, pourraient être démolis progressivement.

Les nouveaux bâtiments seraient desservis, au sein même des murs du domaine national, par trois nouvelles gares établies dans un rayon de moins de 1500 mètres et par une nouvelle route départementale dont l’implantation ne serait pas moins problématique (Illustrations 1 et 4). Dans ces conditions, l’évolution à moyen terme de toute la partie sud du domaine vers une urbanisation dense ne fait aucun doute.

4 - Projets d'infrastructures menaçant le domaine national de Versailles (Cliquer sur l’image pour agrandir)
Illustration 4 – Projets d’infrastructures menaçant le domaine national de Versailles
En bleu : mur de 1685 très largement préservé.
En vert : tracé des allées de l’Etoile Royale et contour du bassin de Choisy.
Pastilles rouges : projet de nouvelles gares.
Tracé rouge : projet de nouvelles liaisons routières.
Flèches rouges : projet de liaisons des Mortemets et des Matelots avec le métro du Grand Paris situé sur le plateau de Satory.

La SPPEF considère qu’il est nécessaire et fondamental de s’opposer à cette urbanisation qui compromettra la beauté de Versailles. Celle-ci repose en effet, depuis Le Nôtre, notamment sur une opposition entre la minéralité de la ville et les étendues naturelles de l’ouest versaillais (Illustration 5). Louis XIV fit d’ailleurs détruire les quatre villages médiévaux inclus dans son Petit Parc, tandis que son célèbre jardinier intégrait la campagne à son œuvre (Illustration 6). Loin des jardins clos du Moyen Age, il inventait alors génialement le paysagisme.

1 - Représentation des terrains à urbaniser sur la Vue du château de Versailles (1668) de Pierre Patel (Cliquer sur l’image pour agrandir)
Illustration 5 – Représentation des terrains à urbaniser sur la Vue du château de Versailles (1668) de Pierre Patel
Les terrains des Matelots-Mortemets et de Pion, en rouge, prennent en tenaille le cœur du domaine.
7 - Étienne Allegrain, Vue perspective de l’Orangerie, des parterres et du château, vers 1696 (Cliquer sur l’image pour agrandir)
Illustration 6 – Étienne Allegrain, Vue perspective de l’Orangerie, des parterres et du château, vers 1696
Le terrain des Mortemets accueillait une prairie où l’on note la présence de vaches. Cette fonction, peu coûteuse et déjà en usage du côté de Trianon, pourrait être rendue aux terrains militaires.

A ce paysage historique qui ne demande qu’à renaître, la municipalité versaillaise entend aujourd’hui substituer un parc en deux dimensions : les perspectives du parc original seraient ainsi occultées par des « masques végétaux » dissimulant l’urbanisation nouvelle. La reconstitution projetée de l’Etoile Royale ici, chef d’œuvre de Le Nôtre situé à l’extrémité du Grand Canal, deviendrait en outre absolument vaine (Illustrations 7 et 8).

8 - Proposition de cœur de zone pour un "Parc naturel régional des domaines de Versailles et de Marly" (Cliquer sur l’image pour agrandir)
Illustration 7 – Proposition de cœur de zone pour un « Parc naturel régional des domaines de Versailles et de Marly »
En noir : enclos historiques du château. D’est en ouest : les Jardins, le Petit Parc, le Grand Parc (dénomination originale) ; au nord : domaine de Marly.
En rouge : limite du Parc naturel régional envisagé, celui-ci pouvant être prolongé, à l’ouest, par le plateau des Alluets.
En orange : lacunes dans la protection de la zone : l’urbanisation du terrain de Pion (triangulaire) et de Santos-Dumont (trapézoïdal) fermerait la plaine de Versailles.
En vert : tracé des anciennes allées de l’Etoile Royale. Du nord au sud : allée de Maintenon, de Noisy, de Villepreux, de Fontenay et de Saint-Cyr.
Illustration 8 - Vue cavalière Vue cavalière montrant l’emprise des allées de Saint-Cyr et de Fontenay (en vert) sur le territoire actuel et l’effet de « coupure » que provoquerait l’urbanisation des terrains de Pion et de Santos-Dumont (commune de Saint-Cyr).  On voit que le commencement, comme les extrémités, des allées de Saint-Cyr et de Fontenay subsistent aujourd'hui. La limite du domaine national de Versailles figure en noir.
Illustration 8Vue cavalière montrant l’emprise des allées de Saint-Cyr et de Fontenay (en vert) sur le territoire actuel et l’effet de « coupure » que provoquerait l’urbanisation des terrains de Pion (en rouge) et de Santos-Dumont (commune de Saint-Cyr).
On voit que le commencement, comme les extrémités, des allées de Saint-Cyr et de Fontenay subsistent aujourd’hui. La limite du domaine national de Versailles figure en bleu.

La SPPEF, qui n’entend pas nuire au développement de la commune de Versailles, a proposé de limiter l’extension de la ville aux 280 hectares à restructurer et à construire du plateau de Satory, en échange principalement de l’abandon de l’urbanisation des 21 hectares de Pion et des 10 hectares de réseau ferré de France aux Matelots. Un recours contre le PLU de la commune de Versailles a été déposé à cette fin et des actions menées auprès des services de l’Etat compétents.

Par ces actions, notre Société entend contribuer à la constitution d’un pré carré versaillais dont la limite intangible se confondrait avec les murs de Louis XIV (Illustration 9) et, au sud, avec la crête du plateau de Satory. La nature y serait restaurée et une agriculture labellisée développée selon le beau projet porté par Yvelines Environnement, association reconnue d’utilité publique membre de la SPPEF (Illustration 7). Consultez le projet soutenu par la SPPEF : Versailles, une nature à reconquérir

5 - Enceinte originale du Domaine de Versailles située au nord-ouest des terrains de Pion (Cliquer sur l’image pour agrandir)
Illustration 9 – Enceinte originale du Domaine de Versailles située au nord-ouest des terrains de Pion
Ce mur, édifié en 1685, aujourd’hui dépourvu de protection juridique, est menacé par le projet de PLU.

Julien Lacaze, Vice-président de la SPPEF

Paris, le 17 novembre 2012

Voir le dossier consacré à cette question par La Tribune de l’Art

Cette entrée a été publiée dans Important, La protection des domaines nationaux, Nos combats and taguée , , , . Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.