La sauvegarde du patrimoine mobilier

Vente du mobilier du Train Bleu : une illustration inattendue des lacunes de la loi

Le Train Bleu, buffet de la gare de Lyon construit en 1901, classé MH en 1978.
Ill. 1. Le Train Bleu, buffet de la gare de Lyon, 1901. Décors immeubles classés monument historique en 1972. Photo DR.

Les voyageurs connaissent bien le restaurant « le Train Bleu », installé dans le hall de la gare de Lyon à Paris. Oeuvre d’art totale, ce buffet, inauguré en 1901, constitue, avec le Petit et le Grand Palais, l’une des constructions les plus marquantes suscitées par l’Exposition universelle de 1900.

Buffet composant le lot 67 représenté in situ. Photo DR.
Ill. 2. L’un des buffets composant le lot 67 de la vente du 30 juin 2014 (Ill. 3 et 4) photographié in situ. Photo DR.

Le Train Bleu évoque, par ses plafonds de François Flameng (auteur du foyer de l’opéra Comique), d’Henri Gervex, et bien d’autres peintres de l’école Réaliste, les destinations du Paris-Lyon-Méditerranée (PLM). Leurs œuvres, enchâssées dans de savants encadrements de bois ou de stuc, représentent ainsi Cassis, Monaco, Marseille ou Hyères, mais aussi les anciennes colonies d’Algérie et de Tunisie. Uniques en leur genre, les décors du salon doré, de la grande salle, des salons tunisien et algérien et des passages ont été classés au titre des monuments historiques par arrêté du 28 septembre 1972.

Paire de Buffet, marbre brèche d'Alep, vers 1900, estimée 3000/5000 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lot 63. Photo de l'étude.
Ill. 3. Paire de buffets, marbre brèche d’Alep, vers 1900, haut 205 – large 324, « Mobilier d’origine créé avant l’Exposition Universelle de 1902 (sic) ». Estimation : 3000/5000 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lot 63. Photo de l’étude.

Paire de Buffet, marbre brèche d'Alep, vers 1900, estimée 3000/5000 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lot 63. Photo de l'étude.
Ill. 4. Paire de Buffets, marbre brèche d’Alep, vers 1900, haut 205 – large 324, « Mobilier d’origine créé avant l’Exposition Universelle de 1902 (sic) ». Estimation : 3000/5000 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lot 63. Photo de l’étude.

Un point a cependant été négligé dans la protection de ce lieu mythique du Paris 1900 : celui du mobilier qui l’accompagnait, faisant souvent corps avec les décors muraux.

Une partie de ce mobilier 1900 sera dispersée aux enchères par le ministère de Maître Jakobowicz le 30 juin 2014, entre 9 heures et 10 h 30, dans l’enceinte même du restaurant, le catalogue précisant parfois : « Mobilier d’origine créé avant l’Exposition Universelle de 1902 (sic) » Catalogue 30/06/2014

Paire d'encoignures, marbre brèche d'Alep, vers 1900, estimée 1500/2000 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 6 et 7. Photo de l'étude.
Ill. 5. Paire d’encoignures, marbre brèche d’Alep, vers 1900, estimée 1500/2000 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 6 et 7. Photo de l’étude.

Console, marbre brèche d'Alep, vers 1900, estimée 800/1200 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 53 et 54. Photo de l'étude.
Ill. 6. Paire de console, marbre brèche d’Alep, vers 1900, estimée 800/1200 euros (la console). Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 53 et 54. Photo de l’étude.

Il s’agit d’imposants buffets (Illustrations 3 et 4), de consoles (Illustration 6) ou d’encoignures (Illustration 5) se singularisant par l’emploi d’un marbre brèche d’Alep (dont la carrière se trouve près d’Aix-en-Provence) qui en renforce l’unité. Ce mobilier est complété par des dessertes (Illustration 8), des pupitres d’acajou et de beaux porte-manteaux (Illustration 7) de la même époque, comme par une vaisselle probablement d’origine (légumiers et plats ovales en métal argenté de la maison Christofle gravés « Buffet Gare de Lyon », Illustration 9). Sur les 120 lots de la vente, une vingtaine seulement mériteraient d’être maintenus en place, n’empêchant ainsi nullement la modernisation du restaurant (les fauteuils de cuir modernes n’ont ainsi pas d’intérêt patrimonial).

Porte-manteau, vers 1900, estimée 400/500 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lot 15, 22, 23, 52. Photo de l'étude.
Ill. 7. Porte-manteau, vers 1900, estimé 400/500 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 15, 22, 23, 52. Photo de l’étude.

Desserte range-couverts, estimée 200/300 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 55-58 ; 64-67. Photo de l'étude.
Ill. 8. Desserte range-couverts, estimée 200/300 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 55-58 ; 64-67. Photo de l’étude.

Ce mobilier ne peut pourtant, en l’état de la législation sur les monuments historiques, malgré sa faible valeur, et bien que les murs soient classés, être attaché à l’immeuble qui l’a vu naître. Cette lacune, que la SPPEF souhaiterait voir combler, concerne ainsi de nombreux patrimoines, au delà de la question de l’intégrité des grandes demeures françaises. L’hostellerie des « Vieux plats » de Gonneville-la-Mallet, en Seine-Maritime, en fournit une autre illustration.

Légumier gravé "Buffet Paris-Lyon", estimé 10/20 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 70-87. Photo de l'étude.
Ill. 9. Légumier gravé « Buffet Paris-Lyon », estimé 10/20 euros. Vente Jakobowicz & Associés, 30 juin 2014, lots 70-87. Photo de l’étude.

Espérons que le projet de loi patrimoines prévoyant la protection de ces ensembles (ensembles mixtes meuble/immeuble et ensembles mobiliers) verra le jour sur ce point afin d’empêcher à l’avenir de tels démembrements.

Julien Lacaze, Vice-président de la SPPEF

 

Lire l’article de La Tribune de l’Art

Pour d’autres photos : consulter notre album Facebook

Pour en savoir plus : lire la position de la SPPEF

 

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Important, La sauvegarde du patrimoine mobilier. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.