Libération.fr et Le Parisien.fr du 30 juillet 2014 (AFP) : vente du mobilier du Train Bleu à Paris

logo_liberation
Sans-titre-2

76.700 euros pour le mobilier et de la vaisselle du « train bleu »

Les 182 lots ont tous trouvé preneurs: la vente lundi d’une grande partie du mobilier et de la vaisselle du restaurant « Le Train bleu », mythique table de la Gare de Lyon à Paris, a atteint 76.700 euros (avec frais), a annoncé à l’AFP la maison de ventes Jakobowicz et associés.

Avant fermeture pour travaux, le restaurant parisien célèbre pour son décor Belle Epoque, construit pour l’exposition universelle de 1900 et classé Monument historique dès 1972, avait mis aux enchères notamment d’imposants vaisseliers adjugés chacun autour de 4. 700 euros (avec frais).

Des services de table siglés en porcelaine datant des années 1930 et 1960, ont trouvé preneurs autour de 1.000 euros (avec frais). L’un des porte-manteaux du « Train Bleu » a atteint 3.068 euros (avec frais).

Organisée dans le restaurant avant la vente, l’exposition a remporté un franc succès avec plusieurs centaines de visiteurs. Parmi les enchérisseurs, le cinéaste Michel Hazanavicius oscarisé pour « The Artist » et sa compagne, l’actrice Bérénice Bejo.

De son côté, la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) a regretté dans un communiqué que la protection du « Train Bleu » ne concerne pas son mobilier.

« Oeuvre d’art totale, ce buffet inauguré en 1901, constitue, avec le Petit et le Grand Palais, l’une des constructions les plus marquantes suscitées par l’Exposition universelle de 1900. Le mobilier qui l’accompagnait, faisait souvent corps avec les décors muraux », estime la SPPEF fondée en 1901, l’une des plus anciennes association de défense du patrimoine.

« Le mobilier du Train Bleu ne peut, en l’état de la législation sur les monuments historiques, et bien que les murs soient classés, être attaché à l’immeuble qui l’a vu naître. Cette lacune concerne ainsi de nombreux patrimoines », a souligné Julien Lacaze, vice-président de la SPPEF.

Donnant directement sur les quais, « Le Train Bleu » s’appelait au départ « Le buffet de la gare de Lyon ». Il a été rebaptisé en 1963 en hommage au train Paris-Vintimille qui longe la Côte d’Azur.

AFP

Lire cet article sur Libération.fr, leParisien.fr et France 3 Paris

Lire notre article

Lire la position de la SPPEF

Cette entrée a été publiée dans Actualités, La SPPEF dans les médias. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.