Expansion urbaine et mitage des paysages

Menace sur l’ancien collège de Combrée dans le Maine-et-Loire

Une mémoire féconde

Le Collège de Combrée, illustre institution diocésaine de l’Anjou, construite pour remplacer une petite école presbytérale fondée sous le 1er Empire à l’extrémité du nord ouest du département du Maine-et-Loire, au début du règne de Napoléon III, a cessé d’exister il y a 9 ans. Reste un patrimoine exceptionnel : au milieu d’un parc planté de très beaux arbres (allée de pins parasols, allée de tilleuls, résineux encadrant la façade du collège, chênes), des bâtiments de dimension altière, majestueusement disposés en quadrilatère, renferment un cloître complet sur lequel s’ouvre une spacieuse chapelle néogothique édifiée selon le style angevin du XIIIe siècle.

l'entrée du Collège
Collège de Combrée, édifié entre 1854 et 1858 sur les plans de l’architecte Louis Duvêtre (1816-1881). Photo : ASMV Collège Combrée

Ce collège a été élaboré comme projet éducatif utopique, structuré autour de principes d’hygiénisme, et a bénéficié de soutiens nationaux prestigieux : Monseigneur Angebault, évêque d’Angers, Comte de Falloux, Monseigneur Dupanloup, Lacordaire et Montalembert. Longtemps considéré comme le fer de lance de l’enseignement privé dans l’Ouest, il a connu pendant près de deux siècles un développement constant en formant quelques 20.000 élèves.

Gravure Combree
Institution ecclésiastique de Combrée lors de sa fondation. 1876. Archives du diocèse d’Angers.

Il a été racheté par la Société 2 IDE, filiale immobilière de la Caisse des Dépôts et Consignations, pour y établir l’EPIDE, un centre de réinsertion pour jeunes volontaires. Des « travaux de propriétaire » ont été effectués mais, sur les 15.000 m2 que représente la surface totale, seule la partie de l’EPIDE (2000 m2) rénovée, est occupée. Le reste, dont la magnifique chapelle, reste résolument fermé et se dégrade inexorablement.

Cour du collège de Combrée en déshérence. Photo : Geneviève Charbonneau-Bloomfield
Cour du collège de Combrée en déshérence. Photo : ASMV Collège Combrée

Les menaces pour le site  

A l’interdiction d’accès total aux trois quarts du site s’est ajoutée une menace plus grave encore : un projet, voté par la municipalité de Combrée et entériné par la communauté de communes, prévoyant l’acquisition d’une grande partie du parc du collège et de parcelles agricoles environnantes par la Société publique locale d’aménagement d’Anjou dans le cadre d’une nouvelle urbanisation, alors même que Combrée possède déjà d’importants lotissements, comme on le constate sur le plan ci-dessous.

cadastre combrée
Projet de lotissement. L’ASMV Collège Combrée demande que les parcelles 11, 13, 15 et 80 restent attachées au Collège et que les parcelles 153 et 154 demeurent non construites afin de ménager une coupure dans l’urbanisation communale. Source : DGFP.

Perspectives 

Combrée se trouve au centre d’un futur regroupement de cantons. Le Pays segréen, dont il dépend, dit vouloir dynamiser le secteur touristique en prenant en compte son potentiel historique, architectural et paysager. À l’heure où la société 2 IDE, à l’exception du centre de l’EPIDE, veut se désengager du site, cet aménagement municipal risque de compromettre durablement toute reconversion raisonnée du lieu. Coupés de leur parc clos de murs, les bâtiments du collège seront privés d’un attrait essentiel. Qui, dans ces conditions, s’engagera à leur redonner vie ? Pourquoi, également, vouloir urbaniser un terrain agricole (parcelles 153 et 154 du plan ci-dessus), ancienne dépendance du parc, qui ménage une coupure importante dans l’urbanisation de Combrée ?

Vue aérienne du collège de Combrée. Carte postale, vers 1950.
Vue aérienne du collège de Combrée. Carte postale, vers 1950.

Un combat à mener

L’association pour la sauvegarde et la mise en valeur du collège de Combrée (ASMV Collège Combrée) a pour objet d’aider à concevoir un projet de préservation et de reconversion raisonnée de l’ancien établissement, de son parc et de son environnement (vue exceptionnelle). L’association a entamé une série de consultations avec des experts, des élus, et les instances directement concernées par le futur du site. Elle est convaincue que l’ex collège de Combrée, idéalement situé aux confins des pays de Loire et de la Bretagne, entre les villes de Nantes, Rennes et Angers, doit être vu non comme un frein mais comme un atout dans le développement régional du grand Ouest.

Collège de Combrée. Exercice avec des cerceaux. Carte postale, vers 1900.
Collège de Combrée. Exercices dans le parc avec des cerceaux en application des principes hygiénistes. Carte postale, vers 1900.

Parc et bâtiments étant indissociables, urbaniser l’un reviendrait à compromettre irrémédiablement la préservation de l’autre. Un tel lotissement irait d’ailleurs à l’encontre des objectifs actuels de lutte contre l’artificialisation des sols.

 

Association pour la Sauvegarde et la Mise en Valeur du Collège de Combrée, adhérente à la SPPEF

Siège social, « Les Hommeaux », 49520 Combrée. Tél. : 02 41 94 22 55 / 06 33 75 40 05 –  combree.college@gmail.com

En coordination avec Xavier Nérieux, délégué de la SPPEF pour le Maine-et-Loire

 

Sources publiques :

Conseil municipal de Combrée du 13 novembre 2013
Conseil communautaire de la communauté de communes de Pouancé- Combrée  du 26 novembre 2013

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Expansion urbaine et mitage des paysages, Important. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.