L'esthétique de Paris

Samaritaine : la Commission du vieux Paris punie par la municipalité

La municipalité parisienne manque-t-elle de culture démocratique en matière d’urbanisme ?
C’est la question que l’on peut légitimement se poser au regard de ce qui suit.

On sait que la Commission du Vieux Paris, fondée en 1897 et respectée pour son expertise et sa mesure, a rendu un avis défavorable au projet du groupe LVMH pour la Samaritaine (avis reproduit ci-dessous).

Bien celui-ci soit purement consultatif, ce qui permet au maire de Paris, qui préside la commission, de passer outre, le prestige de cette institution lui confère une forme d’autorité morale.

Première depuis 117 ans, la nouvelle municipalité souhaiterait se passer de cet avis indépendant. Le maire de Paris refuse, d’ores et déjà, de renouveler les membres de la commission, ce qui l’empêche actuellement de se réunir, et s’apprête à en « moderniser » la composition, tout en lui retirant la possibilité – essentielle – de s’auto-saisir. Seuls des dossiers préalablement sélectionnés lui seraient soumis. Nulle doute, dans cette configuration, que celui de la Samaritaine serait resté sur le bureau du maire.

Hervé Lifran du Canard enchaîné, qui révèle cette affaire (voir ci-dessous), et Vincent Noce de Libération (voir ci-dessous), pointent le manque de culture démocratique de la municipalité parisienne en matière d’urbanisme.

Le commissaire-enquêteur avait pourtant, le 26 juin 2012, au cours de l’enquête publique préalable à la délivrance des permis, déjà alerté la municipalité sur « l’inquiétude exprimée par de nombreuses personnes qui redoutent une façade monumentale en verre de médiocre qualité« , inquiétude qu’il reprenait à son compte dans son avis : « force est de constater que certains projets verriers réalisés par des confrères architectes, sur Paris ou ailleurs, ne plaident pas en faveur de ce matériau. Mais si la qualité de la mise en oeuvre demeure essentielle, elle « habille » aussi parfois des conceptions architecturales pauvres« . En cela, l’avis du commissaire-enquêteur (reproduit ci-dessous) confortait celui de la Commission du Vieux Paris. Faudra-t-il également supprimer les enquêtes publiques ?

Lire le dossier complet :

logo-Canard-Enchainé
Le Canard enchaîné n°4894 du 13 août 2014, p. 4

Canard enchaîné

 

logo_liberation
Libération n° 10344 du 20 août 2014, p. 26
Libération

Avis de la Commission du vieux Paris du 5 avril 2011 relatif à la Samaritaine :

Avis Commission du Vieux Paris

Avis du commissaire-enquêteur du 26 juin 2012 dans l’Enquête publique préalable à la délivrance des permis du projet Samaritaine, p. 106 :

Avis commissaire enquêteur

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Important, L'esthétique de Paris, La SPPEF dans les médias. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.