Energies nouvelles et patrimoine

A Saint-Malo-des-Trois-Fontaines (Morbihan), un projet éolien est écarté

Jusqu’en 1858, Saint-Malo-des-Trois-Fontaines a fait partie de Mohon. Le lieu-dit La Motte, choisi par la société Windstrom pour implanter ses quatre éoliennes de 150 m, apparaît comme un lieu de justice sur la carte de Cassini.

Carte de Cassini : La Motte, lieu de justice

On pense à une motte castrale, semblable au « camp des rouëts » situé à 3 km, site pittoresque classé en 1975 et inscrit à l’inventaire des monuments historiques.

La perspective du chemin de la Motte et son environnement boisé

Le nom de la parcelle contiguë au site éolien, « les champs Rohan », évoque aussi le passé lointain qui liait ces terres à la famille de Rohan. Mais aucune indication historique ou archéologique n’apparaît dans l’étude d’impact commandée par la SARL Energie Eolienne Beta, filiale de Windstrom (étude d’impact : résumé non technique) :
Etude d’impact
Du 27 octobre au 29 novembre 2014, « l’enquête publique s’est déroulée dans une ambiance sereine et très courtoise, sans aucun heurts ni perturbation » a noté le commissaire enquêteur.

Celui-ci a pris en compte les observations des particuliers et associations. Il a vu l’impact du parc déjà existant sur la commune (photographies ci-dessous) et la saturation des paysages proches de la forêt de Lanouée. Il n’a pas pu ignorer les doléances des riverains unanimement opposés au projet et a émis un avis défavorable :
Avis et conclusions du commissaire-enquêteur

Éoliennes de Saint-Malo-des-Trois-Fontaines située à 2 km. Entrée du bourg par la D8

Éoliennes de Saint-Malo-des-Trois-Fontaines située à 2 km. Monument aux morts

Éoliennes de Saint-Malo-des-Trois-Fontaines située à 2 km. Entrée du bourg par la D16

4- La ville Desnachez Taupont
Éoliennes de Saint-Malo-des-Trois-Fontaines située à 2 km. Vue de la Ville Desnachez (Taupont)

Ce résultat a été possible grâce au travail de terrain de l’association Vent de forêtporte parole efficace de la souffrance des populations rurales accablées par des projets industriels qui dénaturent leur environnement (voir ici et ici)

La SPPEF leur a apporté son appui :
Observations de la SPPEF
Le préfet a alors pris un arrêté refusant le permis :
Arrêté préfectoral du 23 janvier 2015

L’espoir renaît ainsi pour nous tous qui doutions de nous faire entendre un jour…

Anne-Marie Robic, déléguée de la SPPEF pour le Morbihan

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Energies nouvelles et patrimoine. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.