Le devenir des églises

Sauvetage de l’église d’Arc-sur-Tille en Côte-d’Or (suite)

L’église Saint-Martin d’Arc-sur-Tille, située au cœur de la Bourgogne, était fermée au public depuis 1989, suite à la chute d’une pierre et à la découverte de fissurations inquiétantes. Il s’agissait pourtant de la seule église à la charge de la ville d’Arc-sur-Tille, comptant 3 000 habitants et située à 12 kilomètres de Dijon.

église d'Arc-sur-Tille, Côte d'Or : 19e siècle
Eglise d’Arc-sur-Tille (Côte-d’Or)

 

La commune avait décidé de détruire son église. Dès que la SPPEF a été avertie de ce projet, nous avons pris contact avec le maire pour l’informer que des solutions de restauration étaient possibles. Nous avons rencontré le maire en 2003, sans réussir à modifier sa décision.

Ce n’est qu’aux élections de 2008 que le maire démolisseur a été évincé et remplacé par une nouvelle équipe qui a su se donner les moyens de restaurer l’église, avec l’aide de la population.

Cette église est en effet un exemple rare de lieu de culte néo-classique (1829-1832) comportant encore son décor d’époque, d’une grande élégance. L’association Une église pour Arc-sur-Tille (UEPA), fondée en 1991 et dirigée par André Fanjaud réussit, avec le soutien constant de la SPPEF, à persuader la commune de sauvegarder son église. Les premiers travaux furent financés grâce aux cotisations, dons, mécénat privé et d’entreprise et au soutien de la Fondation du Patrimoine.

Ainsi, en 2010, le conseil municipal put décider que « la commune procédera à une restauration du bâtiment en plusieurs phases, en fonction des éléments techniques apportés et du financement extérieur acquis« . La première réunion de chantier pour le lancement des travaux eut lieu en mars 2013 et, depuis, la consolidation du clocher et du chœur a été achevée, tandis que le renforcement des fondations de la nef par forage de micro-pieux est en cours.

la nef dans tous ses états - photo UEPA, André Fanjaud
La nef dans tous ses états. Photo UEPA, André Fanjaud
La fosse est comblée - photo UEPA  André Fanjaud
La fosse est comblée – photo UEPA André Fanjaud
échafaudages soutien des voûtes - photo UEPA, André Fanjaud
Echafaudages soutien des voûtes. Photo UEPA, André Fanjaud
photo UEPA, André Fanjaud
Pose du nouveau toit le 21 janvier 2014, après dépose de l’ancien télégraphe Chappe. Photo UEPA, André Fanjaud

Fin 2013, la commune présente un dossier de candidature pour le 25e concours pour la sauvegarde du Patrimoine organisé par la SPPEF et reçoit le premier prix (3000 euros) remis sur les fonds alloués par le Ministère de la Culture et de la Communication pour son combat et la restauration en cours. Le chantier concernant la deuxième tranche des travaux, consolidation de la nef, a débuté en septembre 2014.

foreuse en action -  photo UEPA, André Fanjaud
Foreuse en action pour l’établissement des micro pieux. Photo UEPA, André Fanjaud
Intérieur de l'église - photo UEPA, André Fanjaud
Intérieur de l’église avec dalles déposées et numérotées. Photo UEPA, André Fanjaud

L’association n’est qu’à mi parcours de ce vaste chantier qui conduira à la réouverture de ce patrimoine. Sa renaissance pour une vie cultuelle et culturelle dépendra de la générosité du plus grand nombre (faire un don sur www.uepa.fr). L’objectif principal est la réouverture définitive au public prévue pour le printemps 2016.

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Important, Le devenir des églises. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.