La protection des domaines nationaux

A la demande de l’ONF, France Domaine envisage de vendre un troisième pavillon de chasse royal, pour y construire !

Ange-Jacques Gabriel (1698-1782), pavillon de Fausses Reposes (1755) et son environnement boisé bientôt mis en vente par France Domaine

Après avoir cédé le pavillon de La Muette, tenté de vendre celui du Butard - vente attaquée par la SPPEF -  construits par Ange-Jacques Gabriel pour le roi Louis XV et devenus l’héritage des Français, France Domaine, administration du ministère des finances dédiée à la vente du patrimoine de l’Etat, s’en prend désormais au modeste pavillon de Fausses Reposes également édifié par Gabriel pour Louis XV en 1755 et dépendant de la forêt domaniale du même nom.

Jacques-Ange Gabriel, pavillon de Fausses Reposes, élévation, 1755, AN O1 1871
Ange-Jacques Gabriel (1698-1782), pavillon de Fausses Reposes, élévation, 1755, AN O1 1871

Cerise sur le gâteau, la commune de Ville d’Avray souhaite racheter cet édifice dépendant de l’ONF en révisant, avec son Plan local d’urbanisme, le statut des terrains cédés avec lui, situés en zone N (Naturelle), afin de les classer en zone U (Urbaine) pour y réaliser une opération immobilière ! L’urbanisation de la forêt domaniale permettrait ainsi de « redynamiser le quartier » et de « justifier la création de services notamment commerciaux » (voir ici et ici).

Pavillon de Fausses Reposes, carte postale, vers 1900

Bientôt, ce patrimoine symbolique de l’Etat aura été vendu, sans la moindre concertation, par une administration sapant obstinément ses propres fondements.

Source : Ville-d’Avray Info, septembre 2015

Ville-d’Avray Info n° 279 de septembre 2015, p. 9 : « L’ONF, aujourd’hui propriétaire de la maison forestière et de terrains alentours non exclusivement forestiers, aujourd’hui classés espaces naturels dans le PLU, envisage de les vendre. Leur acquisition par la ville pourrait à terme nous permettre de créer autour de la maison forestière des espaces paysagers de jeu [...]. Nous ne devons évidemment pas pas exclure, pour garantir l’équilibre économique de l’opération, la réalisation d’une opération immobilière, qui passerait par une révision du PLU. Une telle opération contribuerait, en outre, à justifier la création de services notamment commerciaux dans le quartier.« 

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Important, La protection des domaines nationaux. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.