La protection du patrimoine urbain, bâti et intérieurs

Orléans : victoire pour la rue des Carmes !

Orléans : l'alignement de la rue des Carmes n'aura pas lieu

La Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF), association nationale reconnue d’utilité publique, et l’association Aux Carmes citoyens, travaillant main dans la main depuis juin 2011, se réjouissent de l’accord trouvé autour du nouveau projet de la rue des Carmes à Orléans, qui intervient après de longues années de combat. Elles saluent l’esprit de concorde et d’ouverture de la municipalité, qui a permis de débloquer un dossier sensible.

Des 17 maisons édifiées entre les XVe et XVIIe siècles (dont deux sont désormais inscrites au titre des Monuments historiques) condamnées par le projet d’élargissement de la rue, 15 seront définitivement sauvées et restaurées. Le projet actuel, qui satisfait ainsi aux impératifs de modernisation du quartier, démontre que le passé n’est pas l’ennemi de l’avenir ; la conservation de 15 bâtiments sur rue, des caves jusqu’aux charpentes, ainsi que d’autres édifices intéressants repérés dans les îlots, constitue ainsi une magnifique victoire pour le patrimoine urbain d’Orléans.

La SPPEF avait répondu favorablement en juin 2011 à l’appel d’Aux Carmes Citoyens pour engager un recours contre l’alignement de la rue des Carmes. Son président, Olivier Marchant, rappelle que « le soutien de la SPPEF a permis à notre petite association des Carmes Citoyens de porter notre action plus fortement à l’échelle nationale pour sensibiliser le plus grand nombre d’acteurs de la protection patrimoniale, dont le Ministre de la culture de l’époque. C’est ce qui nous a permis d’être entendu. »

Aujourd’hui, les associations saluent l’action du maire d’Orléans et de son équipe qui ont su transformer le projet initial, d’une brutalité et d’une insensibilité regrettables, en un programme exemplaire, preuve que les recours en justice, loin d’être des actions dilatoires, permettent de trouver le temps de la réflexion, au profit d’une solution concertée et durable.

Dans ces conditions, et dans un esprit de responsabilité, les associations acceptent donc de lever leurs recours contre la déclaration d’utilité publique (DUP) et la zone d’aménagement concerté (ZAC) « Carmes-Madeleine ».

La SPPEF et Aux Carmes Citoyens suivront avec attention, dans les prochains mois, l’exécution du projet, qui devra se montrer à la hauteur de ses promesses, en étant fidèles à la devise de Henri Bergson : « L’avenir n’est pas ce qui va nous arriver, mais ce que nous allons faire ».

Alexandre Gady
Président de la SPPEF

Olivier Marchant
Président d’Aux Carmes citoyens

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Communiqués, La protection du patrimoine urbain, bâti et intérieurs. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.