Menaces sur les monuments

Extension du musée des Beaux-Arts de Tours : le cœur de la ville classé au patrimoine mondial sera épargné !

Château de Tours, futur écrin pour la collection Cligman

A la suite des protestations des experts indépendants de la Commission locale du secteur sauvegardé de la ville de Tours et de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS) d’Indre-et-Loire, d’une part, des représentants des associations Sites & Monuments et SEPANT, d’autre part, le projet de construction d’une aile en retour d’équerre d’une grande médiocrité architecturale sur le site exceptionnel (quatre fois classé) des jardins de l’archevêché, le long de l’enceinte du IVe siècle (voir photos ci-dessous), avait été rejeté à l’unanimité par la Commission Nationale des Secteurs Sauvegardés le 10 novembre dernier (lire notre article). Ce projet avait été proposé par M. et Mme Cligman avec le soutien de la mairie, des représentants locaux des ministères de la Culture et de l’Environnement et, malheureusement, au départ, de certaines associations de défense du patrimoine (lire dans La Tribune de l’Art). 

Le 23 novembre, les associations Sites & Monuments, AQUAVIT et SEPANT ont écrit aux ministères de la Culture et de la Communication et à celui de l’Environnement, de l’Energie et de le Mer pour demander la création d’une mission d’inspection générale à ce sujet et suggéraient d’autres lieux d’implantation susceptibles d’accueillir cette donation. Philippe Cieren, Inspecteur Général, est donc venu à Tours pour arbitrer les discussions entre les différents partenaires. 

Sites & Monuments se réjouit de ce que la ville de Tours puisse accueillir la collection de M. et Mme Cligman dans le château de Tours (voir photo ci-dessus). Cette nouvelle a été approuvée par la Commission Nationale des Secteurs Sauvegardés réunie, à nouveau, le 15 décembre 2016.

Ainsi, non seulement le Musée des Beaux-Arts de Tours gardera l’intégrité de sa façade et de son jardin, écrin d’un patrimoine archéologique exceptionnel (l’enceinte gallo-romaine mériterait d’ailleurs un meilleur entretien), conformément à la « valeur universelle exceptionnelle » distinguée par l’UNESCO, mais la ville de Tours s’enrichira d’une importante collection privée d’œuvres d’art.  

Tout est donc bien qui finit bien. Après un rude combat, cependant…

Projet heureusement abandonné d’extension du musée des Beaux-Arts de Tours. Cabinet Bodin et associés

Emplacement du projet, aujourd’hui abandonné, d’extension du musée des Beaux-Arts de Tours

Martine Bonnin, déléguée de Sites & Monuments pour l’Indre-et-Loire

Tours, le 19 décembre 2016

Pour connaître les raisons de notre opposition au premier projet

Aidez-nous à poursuivre nos combats

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Menaces sur les monuments. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.