Sites & Monuments n° 224

Sommaire

3Éditorial
Alexandre Gady, président

6Nos douze propositions pour le patrimoine
Julien Lacaze, vice-président

21Paris sera toujours Paris…
Alexandre Gady

33Ces édifices parisiens qui auraient dû disparaître
Ruth Fiori

41Redécouvrir Hector Guimard
Robert Werner

45Histoire de la médecine à Paris : des musées qui périclitent
Jean Deleuze

51L’orgue historique de la chapelle de la Sorbonne 
Pierre Dubois

56De beaux jours pour le musée Tourguéniev de Bougival 
Robert Werner et Marc Zviguilsky

60Fontainebleau : écrit sur les murs
Jehanne Lazaj

66De l’archéologie au «faux gothique», Viollet-le-Duc et la restauration au xixe siècle
Patrick Ponsot

73La disparition des maisons alsaciennes
Bruno de Butler

79Énergie éolienne : le point de vue d’un physicien
Roger Balian

84Les éoliennes : un enjeu, un pari
Philippe Levantal

87Lourdes menaces éoliennes sur le site d’Alésia en Bourgogne
Irène Vendryes

90L’invasion éolienne en Bourgogne-Franche-Comté 
Michel de Broissia, Yves Hery et Claude Dole

97Une dérive réglementaire contre le paysage urbain
Antoine Waechter

100Notre-Dame-des-Landes comme paysage patrimonial
Jean-François de Beaulieu

103La forêt de Saint-Germain menacée par un projet absurde et dispendieux 
Vincent Coustère-Vigderhaus et Monique Dumont

113Il y a cent ans… Comment furent sauvés les arbres d’une route 

115Sainte-Croix de Provins : lambris et vitraux
Pierre Bénard

126L’image entre concile de Trente et guerres de religion
Bernard Cottret

132Concours pour la préservation du patrimoine, 2017
–  Nouvelle édition du prix allées d’arbres
Chantal Pradines

139–  Nouvelle édition du prix Second œuvre
Michel Jantzen

144Et pendant que les terres se bétonnent, le français…
Pierre Bénard

145Notes de Lecture
Pierre Bénard

Editorial d’Alexandre Gady, Président de Sites & Monuments

EFFORTS

La crise politique qui couvait en France depuis de longues années a fini par éclater, ce printemps, d’une manière qui a surpris de nombreux observateurs : à l’occasion de l’élection présidentielle de mai, puis des législatives de juin, tout un vieux système s’est trouvé soudain renversé, et beaucoup de nouvelles têtes sont apparues, portant un discours à la fois moralisateur et progressiste. Comme il était prévisible, ce rêve, qui relevait parfois de l’incantation, s’est rapidement dissipé au contact de la réalité, qui ne saurait changer si aisément – les défenseurs du patrimoine le savent bien, et n’auront donc pas été surpris. La vie politique reste une affaire d’ego surdimensionné, les ministères sont toujours peuplés de technocrates et les budgets demeurent contraints « avec la crise… ». Si l’on ne doit pas céder au cynisme du héros du Guépard de Lampedusa (« Il faut que tout change pour que rien ne change »), gardons cependant la tête froide.

Deux points peuvent être cependant notés. D’abord, le candidat devenu président n’a guère parlé de patrimoine durant sa campagne et, partant, n’a rien promis de mirobolant ; on ne peut donc connaître que des bonnes surprises, c’est le cas avec  la mission confiée à Stéphane Bern, adhérent fidèle de notre association, chargé de réfléchir au patrimoine en péril. Ensuite, la nouvelle ministre de la rue de Valois aime les livres et les lit : on mesure ici le progrès avec celles qui l’ont précédée, dont les noms illustres ont déjà disparu de nos mémoires. Certes, Madame Nyssen n’a pas d’appétence particulière pour le patrimoine, comme en témoignent ses premiers mois et son arbitrage bancal dans le dossier de la carrière antique de Marseille, mais il n’est pas exclu qu’elle progresse. Une nouvelle page s’ouvre. Wait and see.

Notre association, malgré des effectifs toujours trop réduits, n’a pas ménagé ses efforts depuis l’année dernière sur le front du patrimoine et, forte de ses 116 ans d’expérience, poursuit son travail de fond. Décrets d’application de la loi CAP (loi relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine), lutte contre le décret ITE isolation thermique par l’extérieur) (du ministère de l’Écologie, multiples recours contre l’éolien, poursuite du combat contre l’extension de Roland-Garros, contre les abus de l’occupation des lieux publics par la publicité, candidatures dans les nouvelles CRPA (commission régionale du patrimoine et de l’Architecture)… Nos combats sont divers et notre visibilité certaine, comme on l’a encore remarqué cet été où, du Canard enchaîné à Causeur, notre association est abondamment citée. Mais, en prenant du repos et du recul, que voit-on ? Quelles sont nos priorités pour les années qui viennent ?

D’abord, nous défendons le rôle de l’État. Celui-ci a longtemps été omnipotent dans notre tradition nationale, issue de la monarchie capétienne. S’il est bon qu’il maigrisse un peu et partage mieux le pouvoir, il doit demeurer au centre du jeu patrimonial, loin du terrain et de ses redoutables tentations. Le budget des Monuments historiques (le « programme 175 ») mérite ainsi d’être re-valorisé, après les baisses et les yo-yo du dernier gouvernement : il faut revenir à un chiffre haut, vers 400 millions, et l’engager réellement, loin des effets d’annonce. Il ne s’agit pas ici d’un chiffre gratuit, si l’on ose dire, mais d’une nécessité pour maintenir un rythme cohérent de travaux de restauration. Dans le même ordre d’idées, il convient de recruter des architectes des Bâtiments de France (ABF), fonctionnaires jacobins décriés mais centraux dans le système, car la carte de France comporte des trous. Plutôt que de lui taper dessus, on doit le former mieux et, surtout, ne pas laisser des zones très importantes sans ABF, obligeant les services à faire toujours plus vite, donc mal. Il est bien entendu que l’argent ne sortira pas uniquement des caisses de l’État, et que tant les collectivités locales que le privé, par le biais du mécénat, doivent contribuer à cet effort national. Mais la garde du patrimoine demeure une mission régalienne, afin de ne pas être instrumentalisée ou fractionnée.

Dans un temps d’argent rare, il faut également mieux gérer la dépense dans les travaux des Monuments historiques, dont le paradigme de la « restauration glorieuse » est aujourd’hui dépassé. Il faut, d’une part, insister bien plus qu’auparavant, sur l’entretien, culture encore trop minoritaire dans les Monuments historiques, mais aussi plus largement dans un système politique qui préfère parfois le visible au durable. Il faut surtout mieux restaurer, en restant attentif à la valeur archéologique des édifices que le passé nous a légués, en relisant sans ricaner la Charte de Venise, et en calmant les architectes en chef qui poussent à la restitution, trop souvent falsificatrice, comme le montre le cas grotesque de la flèche de la basilique Saint-Denis, chantier qui se poursuit malgré un avis négatif de la Commission nationale des Monuments historiques ! Une nouvelle génération d’architectes en chef apparaît, de bonnes pratiques se mettent en place, mouvement qu’il faut encourager.

Par-delà la question financière, le respect de l’état de droit, ce précieux bien commun, est une autre de nos préoccupations. Les rebondissements dans l’affaire de l’occupation commerciale de la place de la Concorde, classée au titre des MH, montrent qu’il y a là une situation anormale, voire inquiétante. La démocratie française souffre encore d’une forme d’arrogance des élites, qui a fait de grands dégâts, ainsi que des dysfonctionnements parmi lesquels on peut citer le système des enquêtes publiques, qu’il est urgent de revoir, ou les jugements rendus par certaines chambres du Conseil d’État, trop proches du pouvoir et pas assez équitables pour le citoyen. Quant à l’attribution à Paris des Jeux olympiques de 2024, sans autre consultation que de vagues sondages, celle-là restera un grand scandale démocratique, eu égard à la dépense publique qui va être engagée – et dépassée, n’en doutons pas. Les associations de citoyens ont beaucoup à dire sur le patrimoine, et leurs voix doivent être davantage écoutées, comme c’est le cas à l’étranger dans des démocraties adultes. Puisqu’on change de monde politique, Sites et Monuments défend volontiers plus de transparence et plus de démocratie.

L’écologie et ses enjeux majeurs, tant pour la qualité de la vie sur terre que pour l’héritage que nous laisserons, doivent également être au cœur de notre réflexion. C’est pourquoi nous sommes hostiles au bétonnage des terres agricoles et à la densification inquiétante des villes, Paris donnant un très mauvais exemple depuis quelques années. Nous avons besoin de jardins et de parcs, pas de plantes sur les toits ou de végétaux grimpants sur les murs… Par ailleurs, comment rééquilibrer Paris et la France, dont le fameux « désert » n’a cessé de gagner sur les villages et les bourgs, qui se meurent et se vident, offrant des millions de mètres carrés vides et sans avenir ? Un défi immense est devant nous.

C’est pourquoi la question énergétique doit être traitée d’une manière rationnelle, et non superstitieuse. Le cas des aérogénérateurs industriels polluants appelés « éoliens », devenus un tabou aujourd’hui, doit pourtant être débattu sereinement, avec les véritables chiffres sur la table : quelle production réelle d’électricité ? À quel coût ? Combien d’emplois créés ? Notre ami Denis de Kergorlay, président d’Europa Nostra, n’a pas manqué de poser la question cet été dans une tribune remarquée (Le Figaro du 27 août) : si cela ne fonctionne pas vraiment, à quoi bon saccager nos paysages et nos territoires ? Le nouveau président de la République a appelé à multiplier les éoliennes – ce qui achèverait la destruction de nos paysages – mais professe en même temps que le pragmatisme doit gouverner : chiche ! Parlons aérogénérateurs industriels ! Parlons-en franchement. Le temps presse. Nous rattachons à ce combat écologique, comme notre association le fit dès ses débuts, la question de la pollution publicitaire. Celle-ci n’est pas seulement dangereuse pour la beauté des paysages. Elle souille  encore nos cerveaux. Il faut combattre sans relâche ce poison qui s’attaque à tout, y compris aux églises de la ville de Paris. Et, quand elle est illégale, la publicité doit être arrachée de notre horizon.

« Toute mémoire est un effort », selon l’historien Marc Bloch. Dans une époque futile, qui aime s’amuser et penser le moins possible, un tel programme peut s’embler austère. C’est pourtant le seul chemin qui mène à la survie de notre patrimoine, exposé à cent menaces rampantes de désagrégation.

⋅ Directeur de la publication :
Alexandre Gady
⋅ Rédacteurs en chef :
Pierre Bénard et Robert Werner
⋅ Secrétaire d’édition :
Farideh Rava

Sommaire

3Éditorial
Alexandre Gady, président

6Nos douze propositions pour le patrimoine
Julien Lacaze, vice-président

21Paris sera toujours Paris…
Alexandre Gady

33Ces édifices parisiens qui auraient dû disparaître
Ruth Fiori

41Redécouvrir Hector Guimard
Robert Werner

45Histoire de la médecine à Paris : des musées qui périclitent
Jean Deleuze

51L’orgue historique de la chapelle de la Sorbonne 
Pierre Dubois

56De beaux jours pour le musée Tourguéniev de Bougival 
Robert Werner et Marc Zviguilsky

60Fontainebleau : écrit sur les murs
Jehanne Lazaj

66De l’archéologie au «faux gothique», Viollet-le-Duc et la restauration au xixe siècle
Patrick Ponsot

73La disparition des maisons alsaciennes
Bruno de Butler

79Énergie éolienne : le point de vue d’un physicien
Roger Balian

84Les éoliennes : un enjeu, un pari
Philippe Levantal

87Lourdes menaces éoliennes sur le site d’Alésia en Bourgogne
Irène Vendryes

90L’invasion éolienne en Bourgogne-Franche-Comté 
Michel de Broissia, Yves Hery et Claude Dole

97Une dérive réglementaire contre le paysage urbain
Antoine Waechter

100Notre-Dame-des-Landes comme paysage patrimonial
Jean-François de Beaulieu

103La forêt de Saint-Germain menacée par un projet absurde et dispendieux 
Vincent Coustère-Vigderhaus et Monique Dumont

113Il y a cent ans… Comment furent sauvés les arbres d’une route 

115Sainte-Croix de Provins : lambris et vitraux
Pierre Bénard

126L’image entre concile de Trente et guerres de religion
Bernard Cottret

132Concours pour la préservation du patrimoine, 2017
–  Nouvelle édition du prix allées d’arbres
Chantal Pradines

139–  Nouvelle édition du prix Second œuvre
Michel Jantzen

144Et pendant que les terres se bétonnent, le français…
Pierre Bénard

145Notes de Lecture
Pierre Bénard

Acheter Sites & Monuments
Se rendre à la rubrique dédiée

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Non classé, Publications. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.