Energies nouvelles et patrimoine

Le bloc Est des Montagnes Noires attaqué par l’éolien dans le Morbihan

Calotte Saint-Joseph (292 m), point culminant du Morbihan

Les Montagnes Noires sont une chaîne de monts peu élevés qui s’étire sur 40 km de Châteaulin dans le Finistère à Glomel dans les Côtes d’Armor.

Dans le bloc Est du massif, sur la Calotte Saint-Joseph, point culminant du Morbihan à 292 mètres d’altitude, la vue s’étend à 360° sur les boisements et les landes de trois départements. « Le relief fait apparaître le paysage comme un livre sur un lutrin : la succession des crêtes boisées et des flancs bocagers est d’une grande lisibilité » lit-on dans l’atlas des paysages du Morbihan (voir ici).

C’est un site naturel remarquable qui fait l’objet de nombreuses protections : espaces naturels sensibles, zones naturelles d’intérêt faunistique et floristique (ZNIEFF), réserve naturelle régionale, sites Natura 2000 (voir ici). On compte également plus d’une centaine de monuments ou sites classés ou inscrits dans un rayon de 20 km.

Après l’annulation du Schéma Régional Eolien en 2017 et le rejet du pourvoi du Ministère de l’écologie par le conseil d’Etat le 25 juin 2018, les chartes départementales sont redevenues l’outil de référence. Dans celle du Finistère, les Montagnes Noires figurent parmi les 43 « unités paysagères à valeur emblématique » où toute « mutation significative » doit être évitée. Dans le Morbihan, c’est un « paysage emblématique fort » « potentiellement assez peu favorable à l’implantation des éoliennes ». En Côte d’Armor, le Minez Du (point culminant à 292 m des Montagnes Noires en Côtes d’Armor) est défini comme « territoire sensible » faisant l’objet d’une politique de préservation et de mise en valeur.

En 2012, le Conseil d’état avait confirmé l’annulation du permis délivré en 2006 pour 6 éoliennes à Langonnet, à 3 km au sud du massif, jugeant que : « eu égard à la dimension des éoliennes en cause et à leur implantation à quelques mètres en contrebas d’une ligne de crête, dans un site naturel remarquable, le préfet du Morbihan avait entaché sa décision d’une erreur manifeste d’appréciation au regard des dispositions de l’article R 111-21 du code de l’urbanisme ».

Dès lors, on pouvait penser que le site était définitivement protégé par cette jurisprudence.

Bois de Conveau vu depuis la calotte Saint-Joseph

On se trompait. Une nouvelle autorisation pour 4 machines fut accordée, non plus « en contrebas » du site, mais en crête, dans le bois de Conveau ! Et, sachant que l’enquête publique n’est obligatoire que pour les installations dont les mâts dépassent 50 mètres de haut, ceux-ci mesureraient 49 mètres ! Les machines de 76 mètres de haut en bout de pales, installées à 284 mètres d’altitude se situeraient à 3 km à l’ouest de la calotte Saint Joseph.

Deux associations locales, des riverains et Sites & Monuments l’ont attaquée en juillet 2017.

Mais l’assaut a continué, cette fois à Glomel, en Côtes d’Armor. Le préfet vient de délivrer un arrêté pour des machines de 150 mètres de haut, installées à 201 mètres d’altitude, distantes de près de 5 km de la calotte Saint-Joseph et de 4 km du Minez Du.

La détermination des défenseurs du site n’a pas faibli. Un nouveau recours administratif vient d’être lancé aux côtés Sites & Monuments.

Anne-Marie Robic, déléguée de Sites & Monuments pour le Morihan

Aidez-nous à poursuivre nos combats

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Energies nouvelles et patrimoine, Non classé. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.