Energies nouvelles et patrimoine

Monsures (Somme) : une couronne d’éoliennes pour deux monuments historiques à proximité immédiate d’un site patrimonial remarquable

Chateaux de monsures ISMH
Châteaux des XVe et XVIIIe siècles inscrits au titre des monuments historiques de Monsures (voir ici)

Monsures, village aux confins des départements de la Somme et de l’Oise, est situé sur une zone SRE (Schéma Régional Eolien) « favorable à l’éolien sous condition » ; en août 2017, 45 parcs éoliens étaient en cours d’instruction, accordés ou construits dans un rayon de 20 km autour du projet éolien de Monsures ; ce sont aujourd’hui au moins 315 éoliennes existantes ou en projet qui seraient situées dans ce rayon de 20 km ! Le secteur Somme Sud-Ouest Oise-Ouest (où est situé Monsures) a déjà atteint avec le parc éolien autorisé 104 % de ses objectifs.

Étude paysagère du projet éolien de Monsures (simulation du projet, p. 54). Source : VALECO (promoteur)
Étude paysagère du projet éolien de Monsures (simulation du projet, p. 54). Extrait du document précédent. Source : VALECO (promoteur)

Le Chef de l’UDAP de la Somme avait émis un avis défavorable sur cette implantation nouvelle située « à proximité du château de Monsures et du site patrimonial remarquable de Conty… Le château de Monsures datant du XVIIIe siècle et les vestiges voisins d’un ancien château-fort édifié en 1421 sont inscrits au titre des Monuments Historiques… C’est principalement depuis la route départementale située sur le versant opposé que ces édifices sont visibles et mis en valeur dans leur écrin végétal ».

Cet écrin apparaît sérieusement bouleversé par les projets éoliens de Monsures et de ses deux voisins.

Carte du patrimoine aux abords immédiats du projet éolien. On note la présence des sites patrimoniaux remarquables (SPR) de Conty (en violet et en bleu) et des châteaux de Monsures (ISMH). Source : VALECO (promoteur)

Carte du patrimoine aux abords immédiats du projet éolien. Les sites patrimoniaux remarquables (SPR) sont en violet, les monuments classés en marron foncé, les monuments inscrits en marron clair. Source : VALECO (promoteur)
Site patrimonial remarquable (SPR) de Conty

L’enquête publique pour le projet de Monsures a eu lieu début 2018 et fourni un certain nombre de photomontages, dont celui ci-dessus avec les 7 éoliennes du projet. On y voit aussi les parcs déjà accordés dont la construction doit débuter en octobre 2018 des villages en surplomb Belleuse (5 éoliennes) et Lavacquerie (7 éoliennes).

Etude d’impact du projet éolien de Monsures (p. 366). Les premières éoliennes sont à 1032 m et 1063 m des châteaux ISMH de Monsures. Source : VALECO (promoteur)

Il paraissait évident, au vu d’un zoom sur le domaine de Monsures, que ces machines, seraient vues du château lui-même, la plus proche étant à 1032 m.

Pourtant le rapport d’enquête publique niait cette possibilité, affirmant que « les éoliennes du parc de Monsures ne seront pas visibles depuis le château et son parc » ou que « le Bois de Monsures constitue un masque visuel empêchant toute relation de visibilité ». La réalité est bien sûr tout autre, à la fois montrée par un photomontage spécifique fait à la demande du propriétaire du site (voir photo ci-dessous), et par les photomontages produits à la demande de la commissaire enquêtrice par le promoteur éolien et enfin montrés après 2,5 mois d’atermoiements du pétitionnaire et près de 2 mois après l’autorisation accordée par le préfet de la Somme.

Projet éolien de Monsures (visibilité depuis le château). Simulation financée par le propriétaire

Le projet de Monsures a fait l’objet d’une autorisation préfectorale le 4 mai 2018. Le propriétaire du domaine de Monsures, en lien avec Sites & Monuments (SPPEF) et une association locale, l’ASDE (voir ici), a déposé un recours devant le tribunal administratif.

Hugues d’Hautefeuille, adhérent de Sites & Monuments

Source : enquêtes publiques de la préfecture de la Somme

Aidez-nous à poursuivre nos combats

 

Etude d’impact du projet éolien de Monsures (p. 252). Source : VALECO (promoteur). Notons, qu’en réalité, l’intermittence de l’énergie éolienne combinée à la réduction de la part du nucléaire induit des émissions majeures de carbone dans l’atmosphère comme le montre le modèle allemand
Cette entrée a été publiée dans Actualités, Energies nouvelles et patrimoine, Non classé. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.