La préservation de l'architecture du XXe siècle

Non à la démolition de la cité-jardin de la Butte Rouge ! Les signatures des architectes…

La Butte Rouge (1)

Nous apprenons, au détour d’une exposition organisée par la municipalité de Châtenay-Malabry, que la démolition de 8 bâtiments de la cité-jardin de la Butte Rouge est programmée.

Cette réalisation unique et exceptionnelle de 4000 logements sur un terrain de 70 hectares représente un modèle exemplaire de convergence entre la reforme sociale et l’invention architecturale.

Devant le caractère exceptionnel de la cité-jardin de la Butte Rouge à Châtenay-Malabry, modèle urbain reconnu internationalement, modèle architectural et paysager, modèle social et économique, modèle aujourd’hui pertinent d’adaptation au changement climatique, il serait impensable de démolir sans concertation ne serait-ce qu’une petite parcelle de ce chef-d’œuvre habité, cohérent et unitaire.

Conçue par les architectes Joseph Bassompierre, Paul de Rutté, Paul Sirvin, André Arfvidson et le paysagiste André Riousse, pour le compte d’Henri Sellier, homme politique français majeur, sa construction s’est échelonnée en 7 tranches entre 1931 et 1965.

La valeur de la Butte Rouge est égale à celle d’autres cités jardins européennes, qui ont, du fait de leur valeur exceptionnelle, fait l’objet d’un classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO et sont aujourd’hui devenues des attractions touristiques incontestables, comme c’est le cas à Berlin.

Réhabiliter – et déjà seulement gérer et entretenir – avec dignité et hauteur de vue ce patrimoine de qualité que le monde entier connaît et qui inspire les urbanistes d’aujourd’hui et sera déterminant pour ceux de demain est une entreprise nécessaire.

Cet ensemble apporte des joies quotidiennes à ses 10 000 habitants qui devraient pouvoir y demeurer, dans une réhabilitation rigoureuse mais économe, et pourrait devenir le moteur d’autres opérations similaires, prolongeant celles réalisées à Stains ou au Pré Saint-Gervais.

Nous demandons que soient considérées toutes les options légales de protection de cet ensemble unique et refusons toute démolition non motivée et non inscrite dans un projet urbain, architectural et paysager d’ensemble. La cité a traversé le XXe siècle sans encombre, et nous souhaitons ardemment qu’elle puisse vivre encore pour les générations futures.

Les premiers signataires : 

Jean-Louis Cohen, professeur au Collège de France et professeur en histoire de l’architecture à l’Institute of Fine Arts de l’Université de New York ;
Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne, Sorbonne Université ;
Christine Leconte, lauréate du palmarès des jeunes urbanistes 2010 ;
Frédéric Bonnet, Grand Prix de l’urbanisme 2014 ;
Pierre Veltz, Grand Prix de l’urbanisme 2017 ;
Henri Bava de l’agence Ter, Grand Prix de l’urbanisme 2018 ;
Pablo Katz, membre titulaire de l’académie d’architecture ;
Florence Lipsky, équerre d’argent 2005 ;
Ariella Masboungi, Grand Prix de l’urbanisme 2016 ;
Joan Busquets, urbanisme Prix spécial du jury 2011 ;
Gilles Delalex et Yves Moreau du Studio Muoto, équerre d’argent 2016 ;

Cité-jardin de la Butte Rouge

Aidez-nous à poursuivre nos combats

Cette entrée a été publiée dans Actualités, La préservation de l'architecture du XXe siècle, Non classé. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.