La préservation de l'architecture du XXe siècle

La cité-jardin de la Butte Rouge est toujours menacée de destruction

Butte-Rouge, plan des démolitions : 3 édifices de la 1ère tranche (1931-1933), 6 de la 3e tranche (1948-1950) et 1 édifice de la 5e tranche (1955) sont pour le moment concernés.

Le 12 mai 2020

Le préfet de la région Ile-de-France et le préfet des Hauts-de-Seine ont demandé au maire de Châtenay-Malabry, par courrier en date du 14 novembre 2019, d’engager les études préalables à un classement de la Butte Rouge au titre des Sites Patrimoniaux Remarquables (SPR).

En réponse, le maire a fait voter une procédure de démolition de 15 bâtiments par le conseil d’administration de Hautes-Bièvres Habitat, nouveau propriétaire de la Butte Rouge. Ce même propriétaire a ainsi entamé des démarches visant à faire partir les habitants de leurs logements.

Avenue de la Division Leclerc.

30-32 rue Edouard Vaillant (date de construction 1931-1933)

Pourtant, cet ensemble urbain de 70 hectares symbolise une longue réflexion sur le logement des classes populaires et sa place dans la ville. Les formes géométriques pures ainsi qu’une dissymétrie maitrisée sont les marques du style Bauhaus. Il a reçu le label Patrimoine du XXe siècle en 1990.

La cité-jardin de la Butte Rouge est un modèle urbain reconnu internationalement, modèle architectural, modèle paysager, modèle social et économique. Il est aujourd’hui un exemple d’adaptation aux changements climatiques.

Les closes, quartier des aviateurs.

Alors, que fait la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France, dotée d’un nouveau directeur, pour protéger cet écoquartier historique ? 

ACPE – DoCoMoMo – Sites & Monuments – FNE IDF

Aidez-nous à poursuivre nos combats

Cette entrée a été publiée dans Actualités, La préservation de l'architecture du XXe siècle, Non classé. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.