Energies nouvelles et patrimoine

Comment l’acharnement judiciaire des promoteurs éoliens menace la Touraine, contre l’avis de tous

Le 20 octobre dernier, les habitants de Vou et de La Chapelle-Blanche-Saint-Martin ont formé une éolienne avec ce message : « Toujours non » (voir ici). Photo La Nouvelle République

Après un long cheminement, la préfète d’Indre-et-Loire a finalement signé, le 6 janvier 2020, la première autorisation d’un parc éolien en Touraine, sur les communes de Vou et La Chapelle-Blanche-Saint-Martin. Une défaite inexplicable, compte tenu de l’historique de ce projet, que nous continuons à contester.

Un dossier vieux de 9 ans ponctué de refus

Ce dossier au long cours a débuté par un premier dépôt en 2011 d’une demande d’implantation de 5 éoliennes de 140 m de haut. De consultations en tribunaux, il a essuyé de multiples refus pour obtenir une conclusion aujourd’hui si décevante pour les associations.

Après un premier refus tacite en 2012 et des avis défavorables de la DRAC et de la commission ICPE, le promoteur a déposé un complément relançant sa demande.

Une première enquête publique a été organisée en 2014, où sont exprimées 221 observations d’habitants et d’associations, dont 210 défavorables. Elle s’est soldée par un avis défavorable du commissaire enquêteur, lié à la forte opposition des habitants et des élus. Celui-ci a conduit, en 2015, à un arrêté de refus par le préfet de région que le promoteur s’est empressé de le contester devant le Tribunal Administratif d’Orléans.

Afin de conforter ce refus, l’ABF a construit un dossier sur la base de photomontages grâce à un repérage de la hauteur des éoliennes. Celle-ci était matérialisée par un hélicoptère positionné au niveau du bout des pales.

Sur la base de ces photos, la préfète du département a signé un deuxième arrêté de refus début 2018, aussitôt attaqué par Volkswind.

Le Tribunal Administratif a néanmoins cassé en janvier 2017 le premier arrêté de refus. Un appel du ministère de l’Environnement a néanmoins conduit à la confirmation de cette décision par à la Cour d’appel de Nantes, le 24 septembre 2018.

Les délais de la justice sont tels que le recours contre le deuxième refus préfectoral n’a pas été audiencé par le Tribunal Administratif avant que la préfète ne remette le dossier sur le haut de la pile. Elle a alors demandé une actualisation au promoteur, consulté la MRAe, et à nouveau la commission ICPE, qui a recommandé une nouvelle enquête publique.

L’ABF et la commission des sites étaient toujours opposés au projet. Dans cette seconde enquête, 260 observations ont été émises, dont 96,2 % défavorable, conduisant à un avis défavorable du second commissaire enquêteur.

Malgré ce périple, une somme considérable de travail, d’avis opposés de très nombreux habitants, des maires des communes d’implantation et de communes voisines, la préfète vient de signer le 6 janvier 2020 une autorisation d’exploiter ce parc éolien.

C’est un déni de démocratie qui soulève l’indignation des élus, des associations et de la population alors que tant d’efforts ont été faits pour conserver et mettre en valeur la douceur et l’harmonie des paysages du Sud de la Touraine.

Situation du projet de parc éolien de Vou – La Chapelle-Blanche-Saint-Martin

La liste chronologique des principales étapes du dossier (voir tableau ci-dessous) démontre l’opposition des principales admininistrations compétentes et l’entêtement du promoteur à imposer son projet. 

Historique des décisions et avis administratifs 2011-2020

30/04/2011
Volkswind
dépôt initial
01/06/2011
Volkswind
complément de dossier PC
08/09/2011
DREAL
avis défavorable
28/11/2011
Volkswind
demande autorisation d’exploiter
07/12/2011
Volkswind
dépôt dossier ICPE
01/10/2012
Volkswind
compléments ICPE
refus tacite en absence de réponse
19/06/2013
inspection ICPE
avis défavorable
29/11/2013
DRAC
avis défavorable
05/05/2014
DREAL
avis neutre
06/05/2014
préfet
arrêté ouverture enquête publique
25/07/2014
commissaire enquêteur
avis défavorable
04/12/2014
DREAL
demande de complément cigognes noires
09/02/2015
Volkswind
complément cigognes noires
30/03/2015
com ICPE
avis défavorable
23/04/2015
Com, paysages
avis défavorable
02/07/2015
préfet de région
refus permis de construire
14/08/2015
préfet de région
refus autorisation d’exploiter
02/09/2015
Volkswind
recours TA contre l’arrêté du 14/08/2015
10/08/2015
voisins et AEST
intervention volontaire (M° Thalineau)
31/01/2017
TA Orléans
annule l’arrêté du 14/08/2015
31/03/2017
Préfet/ ministère envt
appel
22/01/2018
préfète Indre et Loire
refus autorisation d’exploiter
22/03/2018
Volkswind
recours TA contre les arrêtés du 22/01/2018
24/09/2018
Cour Appel Nantes
rejet du recours du 31/03/2017
NR10/12/2018
préfète Indre et Loire
demande d’actualisation à Volkswind
NR10/12/2018
préfète Indre et Loire
saisie de la MRAE
12/02/2019
Volkswind
actualisation projet
06/03/2019
ADEB
dépôt mémoire au TA Orléans
06/03/2019
préfète Indre et Loire
dépôt mémoire au TA Orléans
12/04/2019
MRAE
Avis MRAE (sur étude d’impact)
28/05/2020
préfete Indre et Loire
demande à VW de répondre à la MRAE
21/06/2019
Volkswind
réponse
03/09/2019
préfète Indre et Loire
arrêté nouvelle enquête publique
01/09/2019
Volkswind
réponse à l’enquête publique
29/11/2019
commissaire enquêteur
avis défavorable
19/12/2019
commission des sites
avis défavorable
06/01/2020
préfète Indre et Loire
arrêté d’autorisation d’exploiter

Les impacts du projet sur le patrimoine et le paysage

Ce projet relatif à un parc de 5 éoliennes de 140 mètres en bout de pales est situé sur deux communes voisines, Vou et La Chapelle-Blanche-Saint-Martin, dans le sud du département, à 14 km de la cité médiévale de Loches et de son riche patrimoine.

Carte détaillée des implantations du parc éolien de Vou – La Chapelle-Blanche-Saint-Martin

Selon le rapport du commissaire enquêteur en 2014, « Le secteur concerné par le projet se trouve à la frange Sud des plateaux agricoles ouverts du Centre-Touraine, ici constituée de boisements et de massifs forestiers d’envergure, […] incluant de nombreux étangs […] Le site d’implantation des éoliennes est parallèle à la ligne de crête boisée entre la vallée de la Ligoire et le plateau, il correspond à une zone de transition paysagère. Cette zone annonce une structure de campagne douce, équilibrée et légèrement ondulée. Elle est aussi agrémentée d’un habitat rural de caractère, plutôt parsemé et souvent réhabilité. De belles demeures, des manoirs, des châteaux et des églises classées viennent compléter l’identité de ce terroir et mettent en valeur sa richesse patrimoniale et sa diversité. »

Le promoteur a recensé 72 monuments historiques ou sites inscrits ou classés dans un périmètre de 15 km autour du projet. Nombre d’entre eux sont ouverts à la visite ou sont le lieu de manifestations culturelles.

Monuments historiques et sites classés ou inscrits à proximité du projet de parc éolien de Vou – La Chapelle-Blanche-Saint-Martin

Des territoires chargés d’histoire écrasés par des engins de 140 m de haut

Ces vallées sont habitées depuis des temps reculés, des objets néolithiques ayant été retrouvés sur les communes de Vou et La Chapelle-Blanche.

Le plus ancien vestige visible à Vou est le chemin pavé dit de Louis XI, ancienne voie romaine. Celle-ci fait partie du Chemin de Saint-Martin, labellisé « grand itinéraire culturel » par le Conseil de l’Europe. Le parc enjamberait ce chemin, l’un des mâts se situant à toute proximité de la voie. Il est en outre prévu que l’accès au site éolien passe par ce chemin. En raison de la taille considérable des composants des éoliennes à transporter, il serait sans doute profondément modifié…

Eglise classée monument historique de Vou (XIIe siècle)

Le Moyen-Age a laissé une forte empreinte dans cette zone située en limite de l’Anjou. Le village de Vou, à environ 3,5 km du projet, serait aux premières loges malgré son église du XIIe siècle classée (voir ici) abritant des tableaux eux-mêmes classés (voir ici et ici) restaurés avec des subventions de la DRAC. De la même époque date la construction du château du Verger, inscrit au titre des monuments historiques (voir ici). Le manoir de la Roche de Gennes, également inscrit (voir ici), date du XVe siècle.

Château ISMH du Verger à Vou, à 2,7 km du projet

Manoir ISMH de la roche de Gennes à Vou, à 3 km du projet

Tout le sud Touraine renferme de petites églises romanes pleines de charme dans leur modestie. Quelques-unes ont subi des ajouts ultérieurs, d’autres ont conservé leur caractère d’origine. Celle de Ferrière-Larçon est particulièrement attachante.

Photomontage montrant les éoliennes du projet en arrière plan du village de Vou. Document H. Miserey / ADEB37 communes de Vou et La Chapelle-Blanche

Juste à côté de Vou, à La Chapelle-Blanche-Saint-Martin, l’imposant château de Grillemont, cité depuis 1050, est classé au titre des monuments historiques (voir ici). Ses tours du XVe siècle ont été conservées lors des remaniements du XVIIe siècle. L’église du village, possédant des fondations du XIIe siècle, est inscrite au titre des monuments historiques (voir ici).

Château classé MH de Grillemont, à La Chapelle-Blanche-Saint-Martin, 3,5 km du projet

Photomontage de la covisibilité des éoliennes du projet avec château de Grillemont. Document H. Miserey / ADEB37 communes de Vou et La Chapelle-Blanche

A Manthelan, le château des Usages, dans son écrin de verdure se reflétant dans l’étang du Fau (ZNIEFF), serait complètement écrasé par ces machines industrielles.

Château des Usages des XVIIe et XIXe siècles et étang du Fau

Photomontage montrant le château des Usages et l’étang du Fau avec les éolienne du projet. Document H. Miserey / ADEB37 communes de Vou et La Chapelle-Blanche

Par ailleurs, ces villages portent aussi le souvenir de la seconde guerre mondiale. La ligne de démarcation traversait le village de Vou ; cette mémoire est matérialisée par une stèle commémorant la mémoire des passeurs et des morts du village pendant cette guerre et une seconde stèle au nord du village. A La Chapelle-Blanche-Saint-Martin, le château de Grillemont devint une prison de transit pour les prisonniers convoyées vers Tours pour y être jugés.

Presque toutes les communes de ce territoire comptent un ou deux châteaux protégés ou non, construits entre les XVe et XIXe siècles. Sans exhaustivité : le manoir des Aigremonts à Bournan ; La Roche Bertault et Les Repenelières à Ciran ; L’Epinay et le manoir du Puy (ISMH) à Dolus ; La Houssiére, les Brandelles, la tour du prieuré à Eves-le-Moutier ; Mareuil, La Tourmelière, Epigny (ISMH) à Ligueil ; Les Usages à Manthelan ; Beautertre et le pigeonnier de l’ancien château à Mouzay, etc. De nombreuses maisons fortes édifiées depuis le Moyen-Age sont aussi conservées, tandis que le petit patrimoine est riche et varié : fontaines, lavoirs, loges de vignes, anciennes gares…

A seulement 15 km : la prestigieuse cité de Loches

Château et ville de Loches situés à 14 km du projet éolien

Loches constitue l’une des forteresses médiévales les mieux conservées d’Europe. Construite au bord de l’Indre, elle doit son existence à un éperon rocheux dominant la vallée, où fut implanté un castrum gallo-romain, puis un très riche ensemble patrimonial.

Le département de l’Indre-et-Loire fait partie des départements ayant le plus riche patrimoine bâti, ce dont témoignent les 867 références inscrites dans la base monument historique (base Mérimée).

Comme l’ont prouvé à maintes reprises les différentes commissions interrogées, il est évident que le Sud-Touraine n’est pas un territoire propice à l’implantation d’un tel projet éolien.

Colette Jourdanne, présidente de l’ADEB37, association adhérente de Sites & Monuments

Aidez-nous à poursuivre nos combats

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Energies nouvelles et patrimoine, Non classé. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.