L'esthétique de ParisLa protection du patrimoine urbain, bâti et intérieursMenaces sur les monuments

Sept associations, soutenues par le « G7 patrimoine », demandent le placement sous instance de classement du Monastère de la Visitation à Paris

Monastère de la Visitation, situé entre les rues de Vaugirard (à gauche) et du Cherche-Midi (à droite). Les bâtiments de la rue de Vaugirard datent pour l’essentiel de 1821, ceux de la rue du Cherche-Midi (vacherie) de 1886. Ils sont appuyés sur un mur à pilastres du XVIIIe siècle. Photographies de l’état actuel et élévations du projet (voir ici). Photos J. Lacaze / Sites & Monuments ; agence Duthilleul.

Dans une lettre datée du 20 janvier 2021 (reproduite ci-dessous), sept associations demandent à Mme la ministre de la Culture de placer le monastère de la Visitation, situé dans le 6e arr. de Paris, sous le régime de l’instance de classement (article L. 621-7 du code du Patrimoine, voir ici). Il s’agit de Sites & Monuments, SOS Paris, Monts14, Paris Historique, FNE Paris, le Groupement National de Surveillance des Arbres (GNSA) et l’association A.R.B.R.E.S., soit les principales associations de défense du patrimoine parisien et des arbres.

Le monastère de la Visitation, fondé en 1819 dans l’hôtel de Clermont-Tonnerre, construit vers 1775, comprend plusieurs extensions réalisées au cours du XIXe siècles pour accueillir cet ordre cloîtré. Cet ensemble exceptionnel est aujourd’hui menacé. Sa ferme urbaine unique à Paris, édifiée en 1886, doit notamment disparaître au profit d’un immeuble massif et dépourvu d’intérêt architectural, conçu sans aucun souci d’intégration à l’une des rues les plus pittoresques de la capitale. En outre, 60 arbres ont été abattus ou le seront en exécution du permis, chiffre à comparer aux 52 arbres qui seront conservés (voir ici).

Cette demande d’instance de classement a été annoncée et soutenue par le groupement des sept associations nationales de protection du patrimoine reconnues d’utilité publique (Vieilles Maisons Françaises, la Demeure Historique, la Sauvegarde de l’Art Français, Patrimoine Environnement, Maisons paysannes de France, l’Union Rempart et la SPPEF-Sites & Monuments).

Vacherie du monastère (1886), surmontée d’une claustra, sa chapelle encastrée (avant 1867) et deux pilastres Louis XVI de l’hôtel de Clermont-Tonnerre promis à la démolition rue du Cherche-Midi (voir ici). Photos J. Lacaze / Sites & Monuments.

Le « G7 patrimoine » demandait à Mme la ministre de la Culture d’utiliser plus fréquemment l’instance de classement : « Nous souhaitons, au-delà de ce cas lillois, que l’instance de classement soit plus largement utilisée. La maison Berweiller de Sierck-les-Bains, le château de la Horie à Grandville ou le monastère de la Visitation à Paris, notamment, sont en situation de sursis. Donner du temps à la réflexion et au compromis pour éviter l’irréparable n’est assurément pas perdre son temps. » (voir ici). Le ministère de la Culture soulignait lui-même, à l’occasion de l’examen de la loi LCAP, le caractère particulièrement fructueux de la période d’un an de réflexion ouverte par l’instance, que la procédure soit ou non suivie d’une mesure de protection (voir ici).

Instance de classement Monastère de la Visitation - Demande 7 assos (A)Instance de classement Monastère de la Visitation - Demande 7 assos (B)
Instance de classement Monastère de la Visitation - Demande 7 assos (C)

Lettre de 7 associations demandant le placement sous instance de classement du monastère de la Visitation
Lettre du « G7 patrimoine » soutenant le placement sous instance de classement du monastère de la Visitation 

Julien Lacaze, président de Sites & Monuments

Pour en savoir plus

Signer la pétition

Aidez-nous à poursuivre nos combats

Cette entrée a été publiée dans Actualités, L'esthétique de Paris, La protection du patrimoine urbain, bâti et intérieurs, Menaces sur les monuments, Non classé. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.