La préservation de l'architecture du XXe siècle

Villagexpo (Essonne) : démolition-démontage des logements d’instituteurs de Jean Prouvé, labélisés « Architecture contemporaine remarquable »

Villagexpo à Saint-Michel-sur-Orge (Essonne), vue d’ensemble (vers 1967). Carte postale.

Inauguré en 1967 à Saint-Michel-sur-Orge par le ministre de l’équipement Edgard Pisani, Villagexpo comprend 360 maisons. Sorti de terre après à un concours d’architectes, cet ensemble illustre la volonté du Gouvernement de Georges Pompidou de permettre à chacun d’accéder à la propriété. Dans ce but, une vingtaine d’équipes ont été sélectionnées pour bâtir 184 pavillons, un hall d’accueil de 950 m2, une école de quatre classes et deux logements d’instituteurs en seulemeent 110 jours, le projet étant par la suite développé par deux nouvelles tranches de travaux.

Ces bâtiments sont aujourd’hui menacés. Les deux logements d’instituteurs construits par Jean Prouvé (1901-1984), pourtant labélisés « Patrimoine du XXe siècle », viennent d’être démolis (en réalité démontés par un galeriste). Sites & Monuments et DOCOMOMO France interrogent par conséquent dans une lettre ouverte le ministre de la Culture (voir ci-dessous) sur le sens qu’il accorde à cette labélisation.

Maison d’instituteur (1967) de Jean Prouvé (1901-1984) en cours de démontage. Photo février 2020.

« Monsieur le Ministre,

Exemple édifiant, le sort réservé la semaine passée aux logements conçus par Jean Prouvé pour Villagexpo en 1966, nous semble très représentatif des faiblesses du dispositif de veille patrimoniale dédiée aux édifices et ensembles seulement labellisés « Patrimoine du XXe siècle » ou, désormais, « Architecture contemporaine remarquable ».
Ces logements de fonction pour instituteurs du groupe scolaire du nouveau futur quartier furent labellisés au même titre que la halle, également conçue par Prouvé, accueillant les exposants du « Salon à ciel ouvert » que fut Villagexpo et située au centre de toutes les maisons individuelles proposées à la visite puis habitées. Outre des œuvres de J. Prouvé, celles de M. Andrault et de P. Parat, des époux Deslandes, de J.-P. Watel, de L. Arretche, notamment, furent ainsi labellisées lors de la campagne de 2008 parmi 39 autres ensembles d’Île-de-France.
Depuis, la halle Prouvé a de nouveau suscité l’intérêt et reçu du Conseil régional d’Île-de-France le label régional d’intérêt patrimonial en 2018. L’intérêt et la valeur de cet ensemble ont donc été largement porté à la connaissance de la commune qui a pourtant jugé opportun de démolir ces deux logements de fonction, dont elle était propriétaire, sans prévenir qui que ce soit, sinon des galeristes à l’affût des œuvres de Prouvé, si recherchées par ailleurs.
Malgré, ou à cause de cette double labellisation, cet ensemble a été irrémédiablement démantelé et nous devons aux seuls habitants et riverains d’avoir donné l’alerte aux associations Sites & Monuments et DoCoMoMo France. Dans la même journée, nous avons pu prévenir vos services, via la DRAC d’Île-de-France, et ceux du Conseil régional, mais à ce jour seuls ces derniers nous ont répondu.

Restant à votre disposition, nous vous prions, Monsieur le ministre, d’agréer l’expression de notre dévouement.

Julien Lacaze, président de Sites & Monuments – SPPEF
Richard Klein, président de DOCOMOMO France »

Permis de démolir portant la mention : « Auteur architectural Jean Prouvé Patrimoine du XXe siècle » Photo février 2020.

Maison d’instituteur (1967) de Jean Prouvé (1901-1984) en cours de démontage. Photo février 2020.

Lire l’article du Parisien

Aidez-nous à poursuivre nos combats

Cette entrée a été publiée dans Actualités, La préservation de l'architecture du XXe siècle, Non classé. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.